Conseils

Le complexe du pauvre

Avez-vous déjà eu le sentiment de vous retrouver devant une publicité automobile pour Lamborghini dès que l’équipe investit un peu plus d’argent dans un élément d’un clip ? On peut relier ce phénomène à ce qu’on appelle le syndrome de l’homme pauvre ou bien le complexe du pauvre.

Slick Rick

Ce syndrome fait directement référence à l’effet Diderot. Il est arrivé à cette conclusion grâce à une expérience personnelle. D’une rentrée d’argent, il décida de s’offrir une nouvelle robe de chambre. C’est à ce moment précis que son quotidien changea du tout au tout.

Son environnement n’avait plus aucune valeur comparée à cette robe de chambre. Il commença donc à acheter du mobilier et autres objets de grande valeur pour homogénéiser tout ce qui l’entourait. À présent, il était esclave de cette robe de chambre. Diderot explique qu’un achat en entraîne un autre et qu’on finit par tomber dans cette dépendance du “toujours plus”.

On peut appliquer cette tendance à la musique et plus particulièrement aux clips vidéos.   

Selon cette logique, il faudrait surexploiter les éléments qui ont coûté cher à la réalisation d’un clip vidéo, en laissant de côté les éléments moins coûteux. Dans la musique, il y a de tout. Des gens qui savent de quoi ils parlent et des gens qui croient connaître votre métier et qui essayent de vous dire comment réaliser vos clips. Car oui, le complexe du pauvre est principalement instauré par l’artiste ou son équipe ou d’autres postes impliquant la gestion du budget d’un clip.

 

Les personnes qui vous feront cette remarque auront principalement un raisonnement financier. C’est-à-dire que plus un élément coûte cher, plus il faudra le voir dans le clip, à l’image des placements de produits sur-représentés dans certains clips. Or, c’est principalement cet état d’esprit qui pourrait dénaturer l’univers d’un clip et la vision artistique du réalisateur et de l’artiste.

Vous voyez la sensation que vous procure un placement de produit dans un clip vidéo ? C’est exactement la même sensation que ressent un spectateur lorsque, par exemple, la production loue une Bugatti et cherche à rentabiliser sa location en intégrant des plans de la voiture en long et en large pendant tout le clip. Il ne manquerait plus qu’à afficher toutes les options du véhicule et on se retrouverait dans une publicité pour une voiture.

A l’inverse, si le budget ne suit pas, vous pouvez toujours réaliser un clip avec vos propres moyens à l’image du clip “Me & U” de Cassie. Cette musique que vous connaissez tous possède en réalité 2 clips vidéo.

Le premier clip est d’une qualité médiocre. Cependant, la musique est tellement appréciée que le public l’écoute tant bien que mal. Arrive un deuxième clip beaucoup plus travaillé qui propulsera la chanteuse au sommet des charts américains et fera de cette chanson un classique du R&B. 

Avec un son moins identifiable, Cassie serait sûrement partie aux oubliettes après la mise en ligne de son premier clip.

Bref, restez fidèle à vos convictions de réalisateurs, cela ne fera que renforcer vos positions de professionnels.

 

×

 

Hola !

Cliquez pour démarrer une conversation Whatsapp

× Une question ?